Aug 172010
 

Au début, le temps passe comme des vacances, recharger les batteries, dormir, faire le maximum d’activités, voyager en touristes, regarder la montre et se dire qu’il faut se dépêcher.

Dès le début, une chose nous place quand même dans ce tour du monde, c’est l’envie de profiter de chaque rencontre immédiatement, d’aborder des inconnus, d’engager une conversation et de s’y perdre, chose que nous ne faisions pas (autant) avant, par timidité, pudeur, manque d’enthousiasme, de temps… Les temps passés avec Marie Pierre, Sudesh, Philippe, Olivier et avec toutes ces familles dont nous croisons le chemin pour quelques heures ou quelques soirs sont l’occasion de discussions qui sortent du quotidien et dont je retire beaucoup, sur d’autres manières de vivre, d’autres rêves.

Après quelques semaines, quelque chose se passe. Le temps arrêté demande à repartir, les journées à s’organiser, la tête à travailler.

Ca commence par quelques signes:

Les files d’attente ne sont plus source d’énervement mais deviennent un temps gagné dont on peut profiter pour faire autre chose.

Les milles et une choses à découvrir deviennent secondaires devant l’envie de profiter du temps.

On essaye de redécouper le temps pour que chacun puisse profiter de soi et du reste de la famille, pour que le groupe se soude sans être le centre de tout et afin que chacun puisse gagner en autonomie.

Je suis content que nous ayons choisi l’Amérique du Nord comme première destination comme étape de rodage dans notre périple. Cela nous permet de trouver nos marques dans un environnement sécurisant, de mettre en place les quelques choses de base qui nous permettront de devenir de vrais tour du mondistes.

A suivre… c’était quelques pensées depuis Bryce Canyon

 

 

[suffusion-the-author]

[suffusion-the-author display='description']

  2 Responses to “Du rythme des voyages”

  1. Bonsoir mes chéris,

    Je lis avec beaucoup d’intérêt ce long texte qui va me permettre de méditer toute la nuit je pense. J’ai les larmes aux yeux, car je n’arrive plus à vous suivre. Je vous sens très loin, très occupés, Vous me manquez et pourtant je suis heureuse de voir que tout progresse en vous. Vous allez vous attacher à d’autres valeurs. Elles seront certainement meilleures que les miennes.
    Je vous embrasse tellement je vous aime.
    Mamita

  2. nous prenons des notes de vos reflexions…pour plus tard!

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)