Jul 122011
 

25 2 bagages

 

Vient le temps des bilans, celui où l’on se dit que les acquis et apprentissages de ce voyage pourraient servir à d’autres. Alors, en quelques photos voici le contenu de notre maison escargot pendant cette année de vadrouille.

Selon le dernier décompte réalisé au départ du Japon, nous transportons 70 Kilos en soute et près de 20 kilos de bagages à main.

Le tout tient dans deux sacs Osprey de 85 litres incorporant un sac annexe de 15 litres. Pratique pour garder avec soi les matériels fragiles et garder des mains libres pour les enfants. Les sacs, achetés aux USA ont bien résisté à tous nos moyens de transport. Il n’y a que durant notre trek au Ladakh que nous avons été contents de les faire porter. Nous nous sommes équipés alors de petits sacs de randonnées de 20 l pour porter l’eau et le nécessaire journalier, laissant aux chevaux le soin porter le reste du barda.

Les trois ainés portent chacun un sac de 40 litres / 9 kg bien rodés chez les scouts et un petit sac pour les cahier d’école et les bricolages. Martin se contente de son petit sac riche de son doudou, de ses voitures, et de son épée.

Et puis, il y a aussi le bric à brac, linge sale, et acquisitions temporaires (une cafetière expresso en Nouvelle Zélande, des masques et tubas à Tahiti,…) qui nous ont amené à transporter jusqu’en Malaisie un sac Carrefour recyclable ! pas très baroudeur mais bien pratique pour éviter les crises de dernière minute, quand vient le moment de tirer sur la tirette récalcitrante du sac à dos.

Enfin, nous ne pensions pas nous encombrer de beaucoup de souvenirs, mais en un an de voyage nous avons réussi à effectuer 11 envois postaux, d’un poids moyen de 7 Kilos, au contenu varié, et dont la valeur ne dépasse pas toujours celle de l’envoi lui même. Je suis devenu du même coup un expert en emmaillotage de cartons et aurais beaucoup contribué au scotch business à notre retour.

Alors voila pour l’essentiel, le contenu de notre paquetage en commençant par le plus léger :

IPOD Touch

Xavier Japon 583

 

Inclassable, il mérite une catégorie à lui seul. Patch pour ex-accro du Blackberry si l’on veut, n’empêche que seule l’absence d’un tire bouchon le pénalise pour complètement remplacer un couteau suisse.

  • 20 GB de musique pour les long trajets.
  • Quelques films et de nombreux jeux, bien utiles pour occuper Martin pendant les heures d’école.
  • Les dictionnaires Mandarins, Chinois, Japonais..indispensables dans tous ces pays où comble du comble, les habitants ignorent le français, voir même l’anglais.
  • Le Bled, le Bescherelle, le Larousse. Mieux vaut les avoir en version électronique plutôt que de se trimballer l’équivalent papier.
  • Google Map. Parfait pour montrer à un Chinois l’endroit ou l’on veut se rendre avec les idéogrammes idoines.
  • Les emails synchronisés avec Gmail pour éviter de sortir l’ordi trop souvent. Seul défaut, on passe souvent plus de temps à chercher le réseau, l’air absent, l’ipod tenu en porte drapeau.

Cables, connections et chargeurs…

Xavier Japon 580

 

C’est un peu la plomberie du tour du mondiste moderne. Heureusement que mes années chez ExxonMobil m’ont appris l’art de la standardisation à l’extrême ce qui nous permet de n’emporter qu’un chargeur de PC, d’appareil photo,..

Dans la catégorie indispensable :

  • Un bon chargeur de voiture, pour les semaines en camping car, et les long trajets en voiture dans les pays ou l’électricité est comptée.
  • Un chargeur de pile qui évite de trainer avec soi des piles usées, sans compter que dans pas mal de pays on peut oublier les piles de bonne qualité.
  • Batteries de rechange pour appareil photo
  • L’émetteur FM pour que l’Ipod communique avec les auto-radio du monde entier

reste quand même un bon méli-mélo de câbles en tous genres..

Informatique

Xavier Japon 582

Rien que de l’indispensable, ou presque, lorsque l’on part avec 4 enfants à qui il faut enseigner, une femme accro à l’audimat du blog et qui passe jours et nuits à écrire pour son auditoire, 5 accros photos qui comptent les jours en GigaBytes.

Quand en plus, l’un aime les histoires, les autres les films récupérés à droite et à gauche alors la liste du matériel s’allonge. En résumé :

  • Deux ordinateurs “HP mini” parfaitement identiques. Bas de gamme, moins de 300 euros pièce mais bien préparés par Willy afin d’avoir un minimum de performance. Pourquoi deux ? Parce que pendant que Danièle écrit des blogs, Martin voudrait regarder un film, Xavier trier ses photos, et les trois autres faire leurs devoirs. Astuces utiles : L’écran mat qui évite les reflets en usage extérieur, et la batterie 6 cellules qui assurent une autonomie suffisante. Au final, bon choix ! Ils ont résisté à tout et ont rempli le cahier des charges, mais on aurait aimé un peu plus de performance pour trier et monter photos et films.
  • Deux disques durs de sauvegarde. Parti avec un disque SSD de 120 GB, j’ai finalement racheté un disque de 500 GB arrivé à Singapour. Lassé de passer mes nuits à faire des sauvegardes, aussi parce que les mois passants, la liste des fichiers à conserver (école, films, photos), s’est allongée, et que la discipline du tri systématique s’est un peu relâchée.
  • Un Ebook. Offert avant notre départ, il nous a rendu maintes services comme support de cours et bibliothèque ambulante, chargé de bien des classiques gratuits du 19ieme siècle et du Courrier International hebdomadaire. Pour les livres récents c’est plus difficile, ils sont encore bien trop chers, mais je reviens convaincu par l’appareil.
  • 10 Cartes Micro SD de 8 GB. Achetées 26 USD pièces durant notre séjour américain elles ont remplacé avantageusement les clés USB choisies à l’origine et ont permis de sauvegarder et de renvoyer régulièrement à peu de frais en Europe tous nos chefs-d’œuvre numériques. Merci à Cathy et François qui ont hébergé un disque dur supplémentaire et ont patiemment transféré ces cartes avant de nous les renvoyer.
  • Un lecteur/ graveur de DVD. Moyennement utile, mais fait partie de ces “cas où” que l’on est bien content d’avoir.

1 GSM ou pas ?. Pourtant choisi attentivement avant le départ, antichoc, quadribande, etc..Il s’est avéré parfaitement inutile et est reparti vers la France.

Avec le recul, pour les accros du téléphone, mieux vaudrait pour moi acheter une carte à puce et un téléphone bas de gamme dans chaque pays. A supposer que l’on parle la langue, à quoi bon un téléphone si l’on ne peut se faire comprendre !

Pour les communications familiale, skype est bien utile, autant qu’un redoutable fil à la patte..

Pour les messages d’urgence, dont nous avons été heureusement exempts, l’email suffit largement. Nous avons rarement été plus de 2 jours sans connexion, sauf dans les endroits ou même le téléphone est inutile.

Quelques logiciels gratuits bien utiles :

  • Skype, utilisable presque partout pour garder un fil avec la famille et avoir un téléphone de secours.
  • Keepass, pour sauvegarder de manière sûre les mots de passe
  • Blogdesk. Un petit logiciel pour écrire les posts offline et les uploader quand la connection arrive
  • Gmail. Parfait pour synchroniser les emails off line avec plusieurs ordinateurs
  • Shrinkpic, pour réduire la taille des fichiers photos avant de les envoyer

Et en terme de contenu à ne pas oublier pour les candidats au tdm en famille :

  • Une bonne bibliothèque de film, surtout pour les enfants, mais pas seulement.
  • Les scans de livres d’enfants, récupérés des Lellu qui eux même les avaient récupéré des Zat. Merci au grand-père scanneur inconnu.

Pharmacie et Santé

Deux grosses trousses bien pleines, remplies par Danièle, et qui ont régulièrement quittées mon sac pour suturer, soigner, réhydrater, et déboboiser les uns et les autres. En terme de volume, elles occupent sans doute à peu près le tier de mon sac.

Pas de grippe cette année, ce n’est pas le moindre des bénéfices de ce voyage. Dans les quelques ennuis à mentionner :

Les poux nous ont accompagné une partie du mois d’août et n’ont pu être éradiqués que grace à une coupe militaire et un traitement de choc en Equateur.

Quelques gastros vite traitées. Nous avons surement été aidé par la chance, mais aussi par notre type de voyage. Voyageant lentement, nos organismes se sont mieux acclimatés que ceux des touristes d’une quinzaine. Et bien sur une grande prudence avec l’eau et les produits frais.

Romane et Martin totalisent la totalité des recours à l’assurance, AVI, qui ne nous a pas fait défaut.

Romane a pu tester les radiographies des USA, du Japon et d’Inde, chaque fois pour des suspicions de fracture suite à ses cabrioles. Chaque fois heureusement ce ne seront que de fausses alertes. La dernière radio, à l’hôpital de Leh remporte quand même la palme du moindre coût. 1 Euro pour une consultation et une radio du poignet, à comparer aux 200 euro payés au Japon et aux ?? payés par l’assurance à Las Vegas.

Martin a tout misé sur son menton et a appris à compter en nombre de points de suture plutôt que sur ses doigts. Deux à Yangshuo, rafistolage à Pingyao, 6 à Kyoto. Nous avons finalement fait poser un scratch pour éviter les redites.

Pas de problèmes avec l’altitude malgré nos craintes du départ. Nos virées à plus de 4000 mètres ce sont toujours bien passées grâce, sans doute, à une acclimatation lente et progressive. J’étais tout de même surpris de voir les enfants gambader à 5000 mètres quand, je l’avoue, je tirais la langue sur la montée au col.

Le coin du bricoleur

Xavier Japon 577

Par ici tous les “cas où” inutiles jusqu’au jour ou… que je trimballe depuis 11 mois et qui sont régulièrement indispensable pour l’un ou l’autre.

  • Une cordelette de 12 mètres initialement prévue pour encorder Martin dans les précipices, elle a servie souvent pour étendre le linge au campement
  • Cuillères et couteaux de camping. Ils ont peu servi mais sait on jamais, peut être qu’un dernier picnic à l’aéroport de Delhi les verra briller.
  • lacets de rechange
  • Kits de mini tournevis acquis en Nouvelle Zélande, bien utiles pour les bricolages de lunettes, appareil photo,..
  • Pince multi usages
  • 2 antivols spécial baroudeur qui n’ont servis que pour attacher mon vélo au Cambodge bien que leur valeur ait été très supérieure à celle dudit vélo. Les mousquetons d’escalade que j’ai emporté ont été bien plus utiles car ils permettent de solidariser rapidement quelques sacs pour décourager le chapardage, risque le plus grand que nous ayons rencontrés.
  • Scotchs restants de mes envois postaux. Très utiles pour empêcher les fuites de nos divers flacons.
  • Canif multi – lames, à peine moins utile que l’Ipod. Depuis que nous sommes en trekk je ne le vois plus car les enfants le monopolisent pour tailler toutes les branches trouvées sur le passage.
  • Super Glue, qui a finalement servi à rafistoler les lunettes d’un guide de l’équipe de foot adverse au Ladakh.

Le coin des baroudeurs

  • Lampes frontales pour tout le monde, Petzl de préférence
  • Boussole
  • Sacs étanches pour les virées humides
  • Gourdes, peu utiles, encombrantes,… sauf au Ladakh ou nous avons du en racheter après nous être débarrassés des autres 2 mois avant.
  • Bâtons de marche..et oui passé quarante ans les genoux jouent aux osselets et pour suivre les enfants dans les cols il faut bien cela.
  • Serviette de bain à séchage rapide, chez Decathlon.

Fringues

Le grand débat avant le début du voyage était de savoir si nous achèterions les fringues au fur et à mesure, ce qui offrait l’avantage de ne porter qu’un minimum, ou si nous nous encombrerions des bonnets à Tahiti et des maillots de bain en Patagonie.

Nous sommes finalement parti avec tout le nécessaire et bien nous en a pris. La seule séance shopping du voyage, afin de réassortir les vêtements usés par 8 mois de voyage, reste un évènement marquant de notre séjour à Hong-Kong dont je me serais bien passé.

Verdict au final et pour donner raison à mon vieux père : “Je n’ai pas les moyens d’acheter bon marché”. Les vêtements de qualité ont bien résisté et nous ont accompagné tous le voyage, nous offrant ainsi le confort de ne pas avoir à nous en soucier,… ainsi que le ras-le-bol de les porter quotidiennement.

Pour l’exemple, ma garde robe annuelle qui se limite à ceci :

Une tenue hivernale complète : sous vêtements polaires, blouson goretex, bonnets, gants. Utilisés essentiellement en Bolivie, en Patagonie et au Ladakh.

Xavier Japon 562

Une tenue demi saison : 1 pantalon, 1 chemise, 1 veste polaire, chaussures Merrel. Portés et reportés partout. …Les photos en témoignent.

Xavier Japon 556

Une tenue d’été : 1 short, 1 chemise, 3 tee-shirts,1 maillot de bain, 1 paire de tong. Seuls sacrifices au ras-le-bol de porter tout le temps les mêmes fringues : l’achat d’une superbe imitation de chemise Camel Trophy au Cambodge, et quelques tee shirts vite renvoyés dans les colis.

Sac de couchage et sac de soie : Le débat court toujours sur son utilité. Il aura été peu utilisé, encombrant, ce sera avéré trop léger pour les nuits fraiches du Ladakh et de Patagonie. Mais il nous aura offert régulièrement le confort d’un lit à peu près propre dans plusieurs hôtels à la propreté douteuse.

Vêtements techniques ou pas ? Ça ce discute ! l’idéal à mon sens est de partir avec un mix des deux. Les vêtements techniques sèchent très vite, ne prennent pas de place, mais ne résistent pas au ras-le-bol du trop porté quand l’achat d’un tee-shirt en coton orné d’un iguane des Galapagos peut remonter le moral le plus bas.

Pochettes de rangement : achetées à Décathlon en nombre, elles ont été bien pratique d’un bout à l’autre pour stocker, trier, séparer..Un must !

Qu’avons nous du racheter ?

En fait pas grand chose, hormis les achats plaisirs.

Nous avons tous dû nous rechausser, les chaussures étant fatiguées d’être portée tous les jours. Pour les deux juniors, ce sera deux paires en raisons de petons grandissants.

Nous avons laissé (perdu) des casquettes à peu près dans tous les pays. Les superbes couvre-chefs customisés offerts par Dom & Catherine avant le départ ornent ainsi surement la tête de quelques 6 personnes choisies au hasard (et sans notre consentement ) durant notre périple.

Les lunettes des enfants ont dû régulièrement être réassorties, et ce n’est jamais de la faute de personne si elles se rayent et tombent aussi souvent….

Quelques fonds de culotte pour les enfants. Nous avons pu nous rendre compte que dans bien des pays, le “tailor” local rapetisse pour pas grand chose les accrocs les plus grands. Dernier en date, le short de Simon, largement ouvert a passé plus d’une heure entre les mains du couturier de la vallée de la Nubra pour la somme modique de 40 centimes d’euro.

Appareils photos et caméra

  • 1 Eos 7D + un objectif 15-85 + un objectif 100 -300. ça pèse lourd mais quand on aime…Il a bien résisté à toutes nos vadrouilles. Sauf une erreur récurrente (Err 40) en cas de temps froids et humides.
  • Les petits appareils photo bas de gamme achetés aux enfants n’ont pas résisté plus loin que Tahiti et ont été remplacés par d’excellents appareils Casio “Exilim” étanches et antichocs, grâce à l’intervention du Père Noël. Ils résistent toujours.
  • Une caméra Panasonic sur carte SD. Pratique car légère et résistante à tous types de mouvements. Ne reste qu’à trier les films.

Et voila, maintenant en route…

[suffusion-the-author]

[suffusion-the-author display='description']

  3 Responses to “90 kilos sur la balance”

  1. Alors là, je suis obligé d’intervenir.

    Je suis outré!

    C’est à propos de l”IPOD touch”, en effet, si ce “machin” ne fait pas tire-bouchon, alors , à quoi peut-il bien servir ?

    Franchement, Xavier , je suis surpris, je te prenais pour un pragmatique!

    En fait, je pense qu’en voyage, t’as besoin de deux choses:
    – un tire-bouchon
    – une corde de 20 mètres

    Je n’expliquerais pas à quoi sert un tire-bouchon (il y a des enfants qui pourraient lire), par contre, la corde de 20 mètres peut servir à étendre du linge si tu as déjà remonté la bouteille attachée à son extrémité pour une mise au frais dans la rivière un peu plus bas.

    Désolé pour cette mise au point, mais il y a des choses que mon éducation m’interdit de laisser passer!

  2. Merci Alain pour tous ces messages touchants et affectueux. Je n’avais que
    12 metres de corde, mais effectivement elle aura bien servie.

    Pour le tire bouchon ne t’en fait pas, il etait bien present, pret a degainer dans la poche revolver…

    Enfin, je te ferai une demo de l’IPOD version mandarin, ca permet de se tirer de pas mal de situations
    Xavier

  3. ok ok j’ai tout noté…..bon, maintenant reste plus qu’à partir…..

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)