Apr 272011
 

samedi 23 avril

Lever du soleil sur les rizières, les paysages sont superbes et étonnants. Les cultures s’étendent sur toutes les collines environantes et le soleil se reflète dans l’eau des rizières, donnant une couleur argentée à ces terrasses.

Xavier Camb-HK-China 180

Xavier Camb-HK-China 189

Xavier Camb-HK-China 192

La minorité Yao vit dans ce village et elle vit de leurs cultures et de leur artisanat : des broderies sur de jolis sacs à main, des bijoux travaillés sur d’anciennes pièces chinoises, des petits tapis brodés, etc. Les femmes sont habillées en habit traditionnel et elles ont la particularité de laisser pousser leurs cheveux pour ensuite les enrouler autour de leur tête, réalisant ainsi de jolies coiffes. Romane rêve déjà de se laisser pousser ses cheveux jusqu’aux pieds et faire de même !

Xavier 119

Xavier Camb-HK-China 172

Les femmes Yao sont très souriantes et aiment se retrouver entre elles pour discuter. Elles travaillent beaucoup, dans les rizières, pour vendre leur artisanat et on les voit porter de lourdes charges depuis la vallée. Les hommes travaillent aussi dans les rizières et dans les constructions de nouvelles maisons.

Xavier Camb-HK-China 282

Les rizières s’étagent sur les flancs des collines jusqu’à 1 000 m d’altitude et sont disséminés d’anciens villages des minorités Yao, Zhuang, Dong et Miao. Au printemps, les rizières scintillent comme un miroir parce qu’elles sont remplies d’eau et le soleil donne une couleur argentée. Pendant l’été, les pousses de riz verdissent les collines, donnant un effet de vagues vertes ; à l’automne, ces lignes sont dorées jusqu’à la moisson en octobre puis elles se recouvrent de neige en hiver. Chaque saison met en valeur ces cultures en étages et le déplacement vaut le coup d’oeil. Nous avons pu voir des photos à ces différents moments de l’année et c’est tout simplement magnifique.

Xavier Camb-HK-China 212

Après un petit déjeuner, nous partons marcher le long de ces rizières, ce qui nous permet d’apprécier le travail à fournir pour continuer d’entretenir ces cultures à étages. La moindre petite parcelle nécessite de nombreuses heures de travail. On n’a pas réussi à comprendre comment les habitants se partageaient chaque étage. Ce qu’on a appris c’est que ces rizières ont été construites pendant la dynastie Yuan et la dynastie Qing. Ces terrasses ont été bâties à flanc de collines et ont nécessité des centaines d’années de travail pour arriver à une telle oeuvre d’art. Tous les coins ont été sculptés et ces lignes réalisent des tours ou des formes d’escargot.

Xavier Camb-HK-China 276

Xavier Camb-HK-China 299

Xavier Camb-HK-China 356

Nous finirons l’après-midi par un peu d’école et quelques parties de mah-jong, dont les règles nous ont été apprises par des touristes chinois qui sont nombreux à venir découvrir cette région. Ils passent de nombreuses heures à jouer aux cartes ou au mah jong.

[suffusion-the-author]

[suffusion-the-author display='description']

  One Response to “Les rizières en terrasses de Lóngjĭ”

  1. Que c’est splendide, toutes ces ondulations à fleur de collines ! Merveilleux …

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)