Apr 012011
 

C’est au détour d’un chemin, en route vers le Mondolkiri, que nous avons fait cette rencontre improbable. Nous pensions en avoir vu pas mal au travers de nos périgrinations, et croyions bien avoir laissé derrière nous les pingouins de Patagonie, de Nouvelle Zélande et autres contrées proches du grand sud.

Et bien non, ici aussi les Pingouins sont présents. Ces animaux, facilement reconnaissables à leurs pattes oranges et leur ventre blanc ont parcouru des milliers de kilomètres avant de franchir le golf de Siam et de remonter le Fleuve Mekong sur plusieurs centaines de kilomètres.

Les habitants de la région que nous avons questionnés étaient tout aussi incrédules que nous car ce phénomène est paraît il récent, pas plus de 10 ans. Il nous a fallu rencontrer un scientifique en mission pour le WWPH (World Wide Pinguin Heritage Fund) dans la région pour comprendre que ce phénomène; encore largement inexpliqué serait imputable au réchauffement climatique. Un courant marin froid remontant depuis l’Antartique vers l’Asie du Sud Est se serait en effet développé depuis la fin des années 1990. Ce flux océanique agirait comme un leurre auprès des Pingouins et leur ferait prendre la direction du Nord au lieu de retourner dans leurs lieux de villégiature habituels à l’approche de l’hiver.

Cela pourrait n’être qu’un phénomène de foire, de nature à attirer scientifiques et touristes de tous bords si cela ne posait de prime abord un problème de survie pour ces animaux habitués à des températures plus froides. Une mortalité de l’ordre de 75 %, explicable par un “coup de chaleur” est en effet enregistrée dans les premières semaines après leur arrivée normalement fin mars début avril.

Les scientifiques étudient en ce moment différentes solutions pour permettre la survie et la pérennité de ces animaux. L’une d’entre elle consisterait à généraliser la tonte du plumage hivernale des pingouins ce qui aurait, entre autres bénéfices, celui de permettre le développement de l’artisanat en plume de pingouin dans cette région déshéritée du Sud Cambodge. Espérons que les théories de Darwin se vérifieront et que l’on verra prochainement des mutations permettant à ces pauvres animaux de survivre et de créer une nouvelle espèce endémique à cette région.

Sensibilisés au problème, nous avons consacré 450 euro de notre budget à aider le WWPHF dans ces recherches. Si vous souhaitez contribuer, n’hésitez pas à nous envoyer vos dons que nous transmettrons à cet organisme dès que possible.

 

Xavier 146

[suffusion-the-author]

[suffusion-the-author display='description']

  One Response to “Rencontre avec les premiers pingouins du Cambodge”

  1. mais qu’ils sont c…..j’avais pas vu cet article hier….concentré que j’étais sur votre possible “retour en arrière” de l’article suivant.

    ça va je suis rassuré, votre santé mentale est toujours bonne!!!!

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)