Mar 122011
 

Romane 917Romane 918

Vol d’1 heure 50 depuis Kuala Lumpur et nous arrivons à Phnom Penh au Cambodge !
Les formalités douanières sont rapides ainsi que l’obtention du visa.

Romane 923

Pour éviter de passer des heures à chercher un hôtel, nous avions réservé à l’hôtel Billabong, une petite structure qui possède une jolie piscine. Nous sommes ravis de notre choix, car l’hôtel est bien placé.

Nous partons déambuler dans les rues de Phnom Penh, nous dégourdir les jambes. C’est toute une aventure pour traverser une rue et croiser une moto, un vélo, une voiture. On apprend vite à traverser ensemble, sans courir, sans s’arrêter et … en fait à essayer d’arriver à 6 de l’autre côté de la rue !

Nous trouvons une petite table près du Palais Royal et nous goûtons à la cuisine Khmer. C’est très bon !

Xavier 027

Retour en tuk tuk, la nuit est tombée, nous avons peur qu’un de nous ne soit heurté par une moto ou un vélo …

Xavier 017

Xavier 025

Xavier 020

Xavier 018

[suffusion-the-author]

[suffusion-the-author display='description']

  5 Responses to “Phnom Penh”

  1. Bonjour
    Irréel, on croirait des images d’un film, quelle chance ! , (que vous vous êtes donnée). J’aimerais être avec vous et goûter la cuisine khmer !!!!!
    Goûtez de tous et surtout prenez des recettes. Les enfants vont aimer j’en suis sûr. On les voit ravis, toi et Xavier aussi. Continuez comme cela et grosses bises à ROMANE SIMON SOLENE ET BIEN SUR NOTRE MARTIN. Prenez bien soin de vous. a+
    Isabelle

  2. D’acc avec Isabelle … C’est surprenant, irréel pour reprendre son terme ! Cette circulation me donne le tournis ! ^^
    Vivement les temple d’Angkor, il parait que c’est sublime … 🙂
    Bisous !

  3. superbe … vous ouvrez la route
    on arrive

  4. quand y serez-vous ?

  5. Traverser une rue à Phnom Penh! Tout un art… Arriver à six de l’autre côté : de la magie noire !!!

    Vous devez déjà être à Siem Reap, pensez à louer de bons vélos pour aller aux temples d’Angkor !

    Je me souviens des enfants qui vendent des cartes postales ou qui mendient dans les rues de Siem Reap, j’en invitai deux ou trois à manger dans les étals, succès garanti ! Le lendemain j’étais une star et je devais les inviter de nouveaux ainsi que deux ou trois de leurs copains. A la fin de la semaine cela faisait une grande tablée et les restaurateurs me faisaient des prix de groupe! A les voir se goinfrer, je m’apercevais que la faim est une réalité pour beaucoup d’enfants même à Siem Reap où les touristes (et l’argent) pullulent…

    Les achats de cartes postales ou de livres, je les réservais aux amputés et mutilés eux aussi très nombreux dans tout le Cambodge…

    Malgré ces difficultés à vivre, enfants et mutilés me gratifiait toujours d’un sourire, et ça, ça n’a pas de prix.

    Le Cambodge est une terre de contraste, j’en garde mes meilleurs souvenirs d’Asie.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)