Jan 252011
 

Wai-O-Tapu (eau sacrée)
Dans ce site géo-thermal, au sud de la ville de Rotoroa, on ne voit qu’une très petite partie des 18km2 que comprend la zone thermale. Cette zone déclarée réserve naturelle est la plus grande zone thermale de la Région volcanique de Taupo. On y découvre des cratères, des piscines d’eau et de boue chaudes et froides et des fumerolles. Les premiers tremblements de terre volcaniques secouèrent la région il y a 150 000 ans tandis que les premiers signes d’activité hydrothermale apparurent plus récemment il y a 15 000 ans. La zone thermale est traversée par la rivière de Wai-o-tapu qui rejoint le fleuve de Waikato. Aucun poisson ne peut survivre dans cette rivière étant donné la présence de composants chimiques provenant des nombreuses sources bouillonnantes de la zone.

La grande variété des couleurs est complètement naturelle et elle est due aux composants chimiques. Les couleurs prédominantes sont :
– jaune/jaune pâle : soufre
– orange : antimoine
– blanc : silice
– vert : arsenic
– rouge-brun : oxyde de fer
– noir : soufre et carbone
– violet : manganèse

Ce qu’on observe tout au long du parcours :
– les cratères
Ils font plus de 20 m de diamètre et 12 m de profondeur. Plusieurs contiennent des sources bouillonantes et la plupart ont de grands dépôts de soufre formés par les vapeurs quand elles s’échappent. La plupart de ces cratères se sont formés au cours des 900 dernières années par l’action de l’eau acide en arrivant à la surface.
. la maison du diable : c’est un cratère formé par l’action acide souterraine qui a creusé le terrain.

Xavier 138

. le cratère arc-en-ciel : nommé à cause des cristaux de soufre et des veines de minéraux colorés présents dans la pierre ponde des murs du cratère. Les cristaux de soufre se sont constitués avec le refroidissement des gaz sulfureux.

Xavier 132
grotte de soufre

. le cratère du tonnerre : formé en 1968, il illustre à quel point le terrain peut-être glissant.

– les piscines
. les encriers du diable : une série de piscines de boue dont le niveau varie avec les précipitations. La couleur est due aux petits morceaux de graphite et de pétrole qui remontent à la surface poussés par l’eau.

Xavier 137

. la piscine d’opale : source sulfureuse au bord de la terrasse de silice. D’ici, il y a une vue superbe sur les terrasses et la vallée jusqu’à la station géo-thermique d’Ohaki au loin.

Xavier 143

. les terrasses violettes : ces terrasses de silice sont les plus larges de NZ depuis la destruction des Terrasses Roses et Blanches par l’éruption du Mont Tarawera en 1886. L’eau qui coule de la piscine de Champagne contient du silicate de chaux qui se dépose quand l’eau s’évapore. La silice forme ainsi lentement la terrasse.

Xavier 156

. la piscine de Champagne : cette source est la plus grande de la zone avec 60 m de diamètre et 60 m de profondeur. Sa température est de 74°C et les bulles sont dues au dioxyde de carbone. La piscine a été formée il y a 900 ans par une éruption hydrothermale. Les minéraux contenus dans l’eau sont l’or, l’argent, le mercure, le soufre, l’arsenic, le thallium, l’antimoine, etc. et continuent de déposer sur le haut-fond de silice tout autour.

Xavier 139

Xavier 158

Xavier 140

. le bain du diable : c’est un grand cratère aux contours déchiquetés qui contient au fond une eau naturelle de couleur étonnante. Plus l’eau est verte, plus il y a d’arsenic.

Xavier 162

. la piscine à huîtres : cette piscine sulfureuse naturelle repose sur un terrain instable, elle doit son nom à sa forme spéciale.

Xavier 154

 

Polynesian Spa à Rotorua
C’est un ensemble de piscines alimentées par des sources naturellement chaudes, dans un plaisant environnement de rochers et de verdure.
C’est un peu comme à Papallacta en Equateur où étaient présents plusieurs bassins remplis par des sources chaudes. Le décor est cependant, moins enchanteur.

Wairakei Geothermal Power Station
Au nord de Taupo, la centrale électrique géothermale de Wairakei, la deuxième plus importante au monde, produit de l’électricité à partir des vapeurs d’eau chaude du sol, acheminées grâce à un réseau de pipelines à l’air libre.

Histoire volcanique
L’île du Nord est de loin, la plus active des deux îles. La rencontre des deux plaques tectoniques Pacifique et indo-australienne, à l’origine du volcanisme local, donne naissance à la partie sud-ouest de la fameuse ceinture de feu du Pacifique, qui relie les volcans d’Amérique du Sud aux volcans d’Asie, via les Etats-Unis et le Japon.
La subduction des plaques crée des tensions souterraines énormes, libérées par des failles et des tremblements de terre, qui prennent en surface la forme d’éruptions volcaniques intermittentes. La région, dont l’activité géothermale est permanente, forme une diagonale de 250 km de long et 80 km de large, appelée la zone volcanique de Taupo. Elle est répartie en trois bassins régionaux :
– la région nord, avec l’île volcanique White Island, au large de la Bay of Plenty.
– la région centrale des anciens volcans de caldeira (volcans explosifs) à l’origine de Lake Rotorua et Lake Taupo.
– la région sud, occupée par les strato-volcans (volcans éruptifs à cône) de Tongariro national Park.
Les légendes maories présentent quelques variations selon les tribus, mais toutes ont en commun Ngatoroirangi, le grand prêtre et navigateur qui conduit les colons polynésiens jusqu’à la Bay of Plenty, puis entreprend d’explorer la région. Ayant découvert le Lake Taupo, il continue son périple vers le sud et grimpe au sommet de Tongariro, qui domine ces nouvelles terres, afin de pouvoir les revendiquer pour sa tribu. Mais là-haut, il est surpris par le vent du sud puis terrassé par le froid. A demi-mourant, il utilise ses pouvoirs pour appeler ses soeurs, restées sur l’île ancestrale d’Hawaiki, et les supplie de lui envoyer de la chaleur. Elles lui envoient deux taniwhas (monstres marins) porteurs de feu. Ils voyagent sous la surface de la terre, mais à chaque endroit où ils remontent à l’air libre pour se diriger, le feu jaillit : à White Island, puis Rotorua, puis Taupo et enfin aux pieds de Ngatoirangi, qui sera sauvé !

 

Références: explications lors des visites et guide Frog sur la Nouvelle Zélande

[suffusion-the-author]

[suffusion-the-author display='description']

  3 Responses to “Wai-O-Tapu – Histoire volcanique – Rotorua”

  1. C’est absolument magnifique, mais ………………. qu’est-ce que ça pue !!!! On n’oublie jamais cette odeur, même si elle est largement suplantée par le souvenir des belles couleurs !! lol

  2. Magnifique, rien à dire, même s’il y a des odeurs……….peu importe !
    Mireille

  3. ce qu’il y a de bien dans votre blog, c’est que nous apprenons vraiment des choses sur le monde, j’imaginai la nouvelle zélande plate et couverte d’herbe avec des moutons partout…

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)