Jan 052011
 

NOUVELLE ZELANDE

Nouvelle Zélande carte

Nouvelle Zélande carte3


1. Fiche technique

Capitale : Wellington
Population : 3 525 000 hab. (néo-zélandais)
Superficie : 270 000 km²
Dens. de population : 13 hab./km²
Religion principale : protestantisme (22%)
Religions secondaires : anglicanisme (21%), catholicisme (15%)
Langues officielles : anglais (95%), maori (1%)
Monnaie : dollar néo-zélandais
Date d’indépendance : 1931
Date d’entrée à l’ONU : 1945
Provinces : 17 (Northland, Auckland, Waikato, Bay of Plenty, Gisborne, Hawke’s Bay, Taranaki, Manawatu-Wanganui, Wellington, Tasman, Marlborough, Nelson, West Coast, Canterbury, Otago, Southland et les îles Chatham).
Etats associés : Iles Cook, Ile Niue, Iles Tokelau.

2. Introduction
La Nouvelle-Zélande, en anglais New Zealand, en maori de Nouvelle-Zélande Aotearoa. C’est un pays de l’Océanie, au sud-suest de l’océan Pacifique, constitué de deux îles principales (l’île du Nord et l’île du Sud), et de nombreuses îles beaucoup plus petites, notamment l’île Stewart et les îles Chatham.
Située à environ 2 000 km de l’Australie dont elle est séparée par la mer de Tasmanie, la Nouvelle-Zélande est très isolée géographiquement. Cet isolement a permis le développement d’une flore et d’une faune endémiques très riches et variées, allant des kauri géants aux insectes weta et en passant par les kaponga et le kiwi, ces deux derniers étant des symboles du pays.
La population est majoritairement d’origine européenne, tandis que les Maoris forment la minorité la plus nombreuse. Les peuples non-maoris d’origine polynésienne, ainsi que les Asiatiques, représentent également d’importantes minorités, particulièrement dans les régions urbaines.
L’histoire de ce pays est l’une des plus courtes du monde, car il s’agit d’un des derniers territoires découverts par l’Homme : en effet les Maori y sont arrivés entre 1050 et 1300, tandis que les Européens y débarquèrent en 1642.
Ancienne colonie britannique rattachée à la Nouvelle-Galles-du-Sud jusqu’en 1840, dominion en 1907, puis complètement indépendante depuis 1931, elle maintient de forts liens avec le Royaume-Uni, ainsi qu’avec l’Australie (pays anglo-saxon le plus proche et partageant une partie de son histoire).
La fête nationale est célébrée le 6 février pour commémorer le Traité de Waitangi entre les Maori et la Couronne britannique en 1840.

3. Étymologie
Si la façon dont les Maoris désignaient la Nouvelle-Zélande avant l’arrivée des Européens est inconnue, on sait qu’ils appelaient l’île du Nord : Te Ika-a-Ma-ui, «le poisson de Ma-ui», et l’île du Sud : Te Wai Pounamu, «eaux de jade».
Jusqu’au début du XXe siècle, l’île du Nord était également appelée Aotearoa, souvent traduite comme «pays du long nuage blanc».

Le premier nom européen de la Nouvelle-Zélande fut Staten Landt, en néerlandais Le Pays des États, donné par l’explorateur néerlandais Abel Tasman, qui fut en 1642 le premier Européen à avoir vu ces îles. Tasman présuma que ces terres faisaient partie d’un continent austral.
Le nom de Nouvelle-Zélande trouve ses origines chez les cartographes néerlandais de l’époque, qui baptisèrent les îles Nova Zeelandia en honneur de la province néerlandaise de Zélande. L’origine du nom pour ces îles lointaines n’est pas vraiment connue, mais il apparaît pour la première fois en 1645 et peut avoir été le choix du cartographe Johannes Blaeu. L’explorateur anglais James Cook anglicisera le nom en New Zealand , d’où vient la traduction française Nouvelle-Zélande.

4. Géographie
La Nouvelle-Zélande est composée de deux îles principales, l’île du Nord et l’île du Sud, et de nombreuses autres plus petites, certaines d’entre-elles étant même assez éloignées, près du centre de l’hémisphère maritime.
La superficie totale est de 270 000 km² en incluant les îles Antipodes, les îles Auckland, les îles Bounty, les île Campbell, les îles Chatham et les îles Kermadec, soit un peu moins que l’Italie ou le Japon, et un peu plus que le Royaume-Uni. Le pays s’étend sur plus de 1 600 km sur son axe nord-nord-est et possède 15 134 km de côte. Parmi les autres îles habitées, les plus importantes sont l’île Stewart (au sud de l’île du Sud), l’île Waiheke (dans le golfe de Hauraki), l’île Great Barrier (à l’est du golfe), et les îles Chatham (à l’est de l’île du Sud).

L’île du Sud (South Island) est la plus grande, elle est partagée dans toute sa longueur par les Alpes du Sud, dont le point culminant est le mont Cook avec ses 3 754 mètres d’altitude. Elle possède 18 sommets supérieurs à 3 000 mètres.

L’île du Nord (North Island) est quelque peu montagneuse, mais marquée par le volcanisme et une activité géothermique. Son point culminant, le mont Ruapehu (2 797 m), est d’ailleurs un volcan en activité. Les paysages tourmentés et étranges de la Nouvelle-Zélande lui ont valu l’intérêt des studios de cinéma et de télévision : “Le Seigneur des anneaux”, réalisé par Peter Jackson, lui-même néo-zélandais, “Narnja”, “La leçon de piano”, …

La Nouvelle-Zélande possède d’énormes ressources marines : sa zone économique exclusive est la septième plus grande du monde et recouvre quatre millions de kilomètres carrés, soit plus de quinze fois la taille de sa superficie terrestre. Le pays est parsemé de lacs.

La Nouvelle-Zélande est isolée géographiquement. Son plus proche voisin, l’Australie, est situé à 2 000 km au nord-ouest. Les terres les plus proches sont le continent Antarctique au sud et la Nouvelle-Calédonie, les îles Fidji et les îles Tonga au nord.

La Nouvelle-Zélande fait partie de la Polynésie et constitue l’angle sud-ouest du « triangle polynésien ».
La Nouvelle-Zélande possède également la base antarctique Scott dans la dépendance de Ross.

5. Climat
La température moyenne quotidienne à Wellington — la capitale, au centre du pays — est de 5,9 °C en hiver et 20,2 °C en été.
Le climat de la Nouvelle-Zélande est globalement tempéré, océanique sur la majeure partie du pays.
Les conditions climatiques varient beaucoup selon les régions, de très humide dans la région de West Coast sur l’île du Sud à semi-aride dans le bassin de Mackenzie de l’intérieur du Canterbury et subtropical humide au Northland.

6. Faune et flore
Dû à son long isolement du reste du monde et à sa biogéographie insulaire, la Nouvelle-Zélande abrite une faune et flore très particulières. Environ 80 % de la flore n’existe que dans le pays, dont plus de quarante genres endémiques.
L’insularité a protégé cette faune et flore pendant des siècles jusqu’à l’arrivée des humains et des animaux qui voyageaient avec eux. Les Maori ont apporté avec eux le chien polynésien (« kuri ») et la souris polynésienne (« kiore »). La seconde vague d’immigration mit fin à l’insularité de la Nouvelle-Zélande. La multiplication des échanges entre l’Europe, l’Australie et la Nouvelle-Zélande a permis la propagation d’espèces nouvelles, dont certaines invasives. Aujourd’hui parmi les espèces introduites on trouve 33 mammifères, 33 oiseaux, 1 lézard, trois grenouilles, 20 poissons d’eau douce, environ 1 000 invertébrés et environ 6 000 plantes (dont 2 000 plantes fleurissant à l’état sauvage).

6.1.Flore
Avant l’arrivée des humains environ 80 % des terres étaient recouvertes de forêt. Les deux principaux types de forêt qu’on rencontre aujourd’hui sont celles peuplées majoritairement de podocarpes et/ou de kauri géants, et dans les régions à climat plus frais par les Nothofagus, genre d’arbres proche des hêtres de l’hémisphère nord. Les autres types de végétation sont celles des plaines et des régions subalpines, ainsi que les arbustes entre les plaines et les forêts. Les fougères du pays sont également très connues (une espèce, Cyathea dealbata, étant devenue symbole du pays ainsi que de son équipe nationale de rugby à XV) de même que les étonnantes mégaherbes des îles sub-antarctiques du pays.

6.2.Faune
Les forêts furent autrefois habitées par diverses espèces de mégafaune, dont plusieurs oiseaux incapables de voler, comme le moa.
Aujourd’hui plusieurs autres oiseaux, dont le kiwi, le kakapo et le takahé, sont en danger d’extinction. Il y a d’autres oiseaux notables : l’aigle géant de Haast (éteint), le nestor superbe (« ka-ka- » en maori), le kereru et le kéa.
Les reptiles sont représentés par les scinques, les geckos, et les tuataras.
Il y a également quatre espèces de Leiopelma et une seule espèce d‘araignée venimeuse, la katipo , rare et habitant les régions côtières ; il n’y a aucune espèce de serpent en Nouvelle-Zélande.

7. Histoire
7.1. Avant les Européens
La Nouvelle-Zélande est l’un des territoires les plus tardivement peuplés : les premiers colons sont des Polynésiens de l’est (îles de la Société, îles Cook, les îles australes de Polynésie française[23]) qui arrivent probablement entre 1200 et 1300 après J.-C. et établissent la culture indigène Maori.
Les iwi (tribus) se divisent en hapu (clans) qui peuvent se disputer ou se combattre, mais coopèrent en cas d’hostilité de la part d’un autre iwi à l’encontre du leur. Les hapu, comportant jusqu’à plusieurs centaines de personnes, sont eux-mêmes divisés en whanau (parentèle).
Aujourd’hui un concept culturel encore très respecté des Maori et à la base de la structure de leur société.
7.2. Les premiers Européens
Les premiers explorateurs Européens qu’on sait avoir abordé la terre néo-zélandaise sont Abel Tasman, qui arrive de Batavia en 1642, et son équipage. Ils s’arrêtent à l’île d’Urville, où Tasman se doute de l’existence du détroit de Cook, mais dut renoncer à explorer les environs en raison du mauvais temps.
Aucun autre Européen ne visite la Nouvelle-Zélande jusqu’au voyage de 1768-1771 du capitaine James Cook à bord de l’Endeavour. Envoyé par le gouvernement britannique, il arrive en 1769 et cartographie presque toute la côte en prenant soin de décrire en détail les terres qu’il explore, que ce soit en Australie ou en Nouvelle-Zélande, pour une éventuelle colonisation. Ces cartes très détaillées seront longtemps utilisées par les explorateurs.
Les Français seront également présents dans la région, De Surville la même année que Cook (il rencontrera beaucoup de difficultés et accidents et tuera des Maori), Du Fresne (au début en bons termes avec les Maori, mais la fin de l’expédition se soldera par un massacre d’Européens et de Maori), D’Entrecasteaux, Duperrey et D’Urville.
Il sera suivi par de nombreux navires de chasse à la baleine, et au phoque, ainsi que de divers marchands. Ils échangeaient des produits et des vivres européens, particulièrement des outils métalliques et des armes, contre du bois, des vivres, des artefacts et de l’eau des Maori.

7.3. Le Traité de Waitangi
De 1788 à 1840, les îles de Nouvelle-Zélande font officiellement partie de la Nouvelle-Galles-du-Sud (Australie). Se rendant compte du caractère désordonné de la colonisation européenne en Nouvelle-Zélande et de l’intérêt croissant de la France pour ce territoire, le gouvernement britannique envoie William Hobson proclamer la souveraineté britannique et négocier un traité avec les Maori. Le Traité de Waitangi est signé dans la Bay of Islands le 6 février 1840. Ce traité est écrit rapidement et dans la confusion ; on se dispute encore sur la traduction du document en maori. Le traité est vu comme l’acte fondateur de la Nouvelle-Zélande en tant que nation et comme la charte garantissant les droits des Maori.

Au début les Maori se lancent avec enthousiasme dans le commerce avec ceux qu’ils appelaient « Pakeha », et de nombreux iwi (tribus) deviennent riches. Mais les conflits se multiplient avec l’augmentation du nombre de colons, pour aboutir aux guerres néo-zélandaises des années 1860 et 1870, qui provoquent la perte de beaucoup de terres par les Maori. Le détail et l’interprétation de la colonisation européenne et de l’acquisition des terres maori demeurent aujourd’hui controversés. Globalement, la population maori passera de 80 000 à 42 000 personnes entre les années 1840 et 1891.

8. Politique
La Nouvelle-Zélande est une démocratie parlementaire indépendante et officiellement une monarchie constitutionnelle. Le monarque du Royaume-Uni, actuellement Élisabeth II, est le chef d’État en tant que monarque de Nouvelle-Zélande. En son absence, elle est représentée par un Gouverneur général, poste occupé actuellement par Anand Satyanand. La reine « règne mais ne gouverne pas ; elle n’a aucune influence politique, sa fonction étant surtout symbolique.

9. Culture
Une grande part de la culture contemporaine néo-zélandaise a des racines britanniques, mais cette culture «kiwi» a également vu des apports des cultures américaines, australiennes et maoris, avec d’autres cultures européennes et asiatiques et polynésiennes non-maori. De grandes fêtes sont tenues chaque année à Auckland et Wellington pour fêter Diwali et le Nouvel An chinois, ainsi que le plus grand festival polynésien du monde, Pasifika. Les liens culturels entre la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni et l’Irlande sont maintenus par une langue commune et une migration constante entre ces pays, particulièrement en ce qui concerne les étudiants néo-zélandais passant une année à l’étranger lors de leurs études universitaires. La musique et la cuisine de la Nouvelle-Zélande sont similaires à celles du Royaume-Uni et des États-Unis, quoiqu’avec des détails spécifiques du Pacifique. C’est également le cas en gastronomie, où le pays a toutefois plusieurs plats connus, dont la pavlova et le biscuit ANZAC, des desserts, et la soupe de kumara (une espèce de patate douce).

La culture maori a considérablement changé depuis l’arrivée des Européens, en particulier depuis l’introduction du christianisme au début du XIXe siècle, qui changea profondément jusqu’à la vie de tous les jours. Toutefois, la perception que les Maori vivent aujourd’hui comme les Pakeha n’est que superficielle. La culture maori est en effet très différente, par exemple en ce qui concerne les marae et leur rôle dans la vie communale et familiale. Comme autrefois, on fait des karakia (prières) pour s’assurer du succès d’un projet, mais aujourd’hui ce sont généralement des prières chrétiennes. Les Maori considèrent encore leur allégeance aux groupes tribaux comme une part essentielle de leur identité ; c’est ainsi que les liens de parenté maori ressemblent à ceux des autres cultures polynésiennes.

Les arts, chants et danses traditionnels redeviennent populaires à partir de la fin du XXe siècle, particulièrement le kapa haka (chant et danse), la gravure sur bois et le tissage. L’architecture maori connaît également une hausse de popularité. Les Maori maintiennent également leurs liens avec la Polynésie, comme en atteste la popularité grandissante de waka ama (courses de waka), aujourd’hui un sport international impliquant des équipes de tout le Pacifique.

L’industrie cinématographique a débuté au cours des années 1920, mais ce n’est qu’à partir des années 1970 qu’apparaît un authentique cinéma néo-zélandais. Des films tels que “Sleeping Dogs” et “Goodbye Pork Pie” connaissent un immense succès. Au début des années 1990, plusieurs films néo-zélandais eurent une immense audience internationale et emportèrent plusieurs prix prestigieux : “La Leçon de piano” de Jane Campion (Oscar, Palme d’or), “L’Âme des guerriers” de Lee Tamahori, et “Créatures célestes” de Peter Jackson. À la fin des années 1990 et au début années 2000, Jackson mettra en scène la trilogie du “Seigneur des anneaux” (Oscar du meilleur film et plusieurs autres) en Nouvelle-Zélande, son pays natal, utilisant des acteurs et une équipe presque entièrement néo-zélandais. Les lieux du tournage sont aujourd’hui très fréquentés par les touristes. Beaucoup de productions non-néo-zélandaises ont également été filmées dans le pays, que ce soit pour Hollywood ou Bollywood.

Parmi les symboles de la Nouvelle-Zélande (non-officiels, puisque le gouvernement n’en a pas désigné), on trouve le koru (Cyathea dealbata, une fougère utilisée pour le logo des All Blacks), le kiwi, un arbre appelé « po-hutukawa rouge » (Metrosideros excelsa), et le « ko-whai jaune » (Sophora)

10. Sport

Nouvelle Zélande haka
Les All Blacks faisant le haka

Le sport joue un rôle majeur dans la culture néo-zélandaise, particulièrement le rugby à XV. Parmi les autres sports très populaires, on trouve le cricket, le football, le rugby à XIII, le basket-ball et le Boulingrin, ainsi que le golf, le tennis, le cyclisme, le hockey sur gazon, le ski, le snowboard, le softball et plusieurs sports nautiques, dont le surf, le nautisme, le kayak, le surf lifesaving et l’aviron. Elle est également reconnue pour son bon ratio médailles-population aux Jeux olympiques et du Commonwealth.

Le rugby à XV est très étroitement lié à l’identité nationale néo-zélandaise. L’équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV, surnommée les « All Blacks » , a les meilleures statistiques de victoires de toutes les équipes nationales. Elle a accueilli la première Coupe du monde de rugby à XV, qu’elle remporta, et accueillera la Coupe du monde de 2011. Le Ka mate, une danse guerrière traditionnelle maori, est exécutée par les joueurs juste avant le début de chaque match.

Le cricket est considéré comme le principal sport estival de la Nouvelle-Zélande et l’équipe de Nouvelle-Zélande de cricket (surnommée les « Black Caps »), est le plus souvent dans les quatre meilleures équipes du monde dans les deux formes du jeu, test cricket et One-day International. Elle accueillera, en association avec l’Australie, la Coupe du monde de cricket de 2015.

La Nouvelle-Zélande est également l’une des nations les plus performantes dans le domaine de la voile , particulièrement dans les courses autour du monde et de longue distance. Team New Zealand a gagné la Coupe de l’America en 1995 et 2000.

La Nouvelle-Zélande est considérée par certains comme une destination de sport extrême et tourisme d’aventure. Sa réputation en sport extrême vient de l’établissement de la première organisation de saut à l’élastique du monde, sur le pont de Kawarau près de Queenstown dans l’île du Sud en 1986. Le zorbing est un sport extrême originaire du pays.

Références
wikipedia
guides

[suffusion-the-author]

[suffusion-the-author display='description']

  2 Responses to “La Nouvelle Zélande : à propos de …”

  1. Et bien ça y est les nouvelles sont là, mais alors il y en a à lire ,il faudra plusieurs jour pour cela. Déjà, il y avait des réponses que j’avais dans le Trivial poursuite au moins maintenant je sais ce que cela veut dire. Je vois que ce pays vous passionne également. Profitez-en bien et bonne continuation
    Chez nous aussi il fait trés beau depuis hier : vingt degrés . On revit à + bises
    Isabelle

  2. Kia Ora !
    Merci Wikipédia ! hihihi !
    Vous êtes charmés par l’île du nord, je mets ma main au feu (sans trop de risque !) que vous serez conquis et dépaysés par l’île de Jade !!!!!! J’attends avec impatience vos belles photos et le récit de vos découvertes …
    Bisous !! 🙂

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)