Nov 092010
 

SAN PEDRO DE ATACAMA
Le village-oasis chilien de San Pedro de Atacama est situé sur le haut plateau de Puna de Atacama, à quelques 250 kilomètres de Antofagasta, en plein désert d’Atacama. C’est un village qui existe depuis bien avant l’ère Inca alors qu’il était occupé par les peuples Atacama qui y développèrent une civilisation avancée, produisant des céramiques et de la vannerie. Les Espagnols occupèrent la région à partir du XVIème siècle. San Pedro est très fréquenté par les touristes occidentaux. Diverses agences organisent des tours accompagnés par des guides locaux, pour la journée ou pour plusieurs jours. Le village est le point de départ pour ces expéditions vers la Cordillère des Andes, le Salar d’Atacama, les geysers del Tatio, le village de Toconao et le Valle de la Luna.

1. Histoire
Les premiers habitants de la région sont arrivés il y a environ 11 000 ans. Au cours des millénaires, ils ont d’abord domestiqué le guanaco pour donner le lama. Ils pratiquaient la transhumance entre les Andes et le plateau. Puis ils se sont sédentarisés grâce au développement d’une agriculture utilisant les plantes qui pouvaient résister dans ce climat désertique. Des villes et villages furent fondés, certains sur des buttes stratégiques avec fortifications : les Pucarás.
San Pedro de Atacama a commencé à être fréquenté par les humains entre 500 av. J-C et 300 ap. J-C alors que plusieurs communautés de potiers se sont établies à l’embouchure du Rio San Pedro dans le Salar de Atacama.
Ces populations pratiquaient la déformation de leurs crânes, utilisant dès l’enfance des petites planches bandées par les lanières de laines autour de la tête, pour leur donner un front plat. Cette civilisation était dirigée par des chefs de villages, les Atacameños, et s’étendait de la dépression de Chiu-Chiu au pied des Andes jusqu’au salar. C’est dans cette région que fut découverte une série de momies. L’une d’entre elles, vieille de trois mille ans est appelée Miss Chile et sa réplique était visible jusqu’en 2008 dans le petit musée situé près de la place centrale du village.
La culture Atacama a atteint un haut niveau agricole et d’artisanat. Vers 1450, la civilisation Inca a étendu sa domination dans la région et a imposée une nouvelle direction culturelle. Elle a amené un réseau de routes, de nouvelles techniques métallurgiques et céramiques, ainsi qu’une intensification des échanges commerciaux. Les Incas ont établi leur centre administratif à Catarpe, au nord de San Pedro.
Un siècle plus tard, les conquistadors espagnols Diego de Almagro et Francisco Aguirre combattirent les Incas de la région en 1536. Puis Pedro de Valdivia compléta la conquête en 1540 et commença à faire de San Pedro un village colonial. Entre 1890 et 1925, le passage du bétail entre le salar et l’Argentine était monopolisé par les villages du plateau. La population a ensuite diminué avec la diminution de ce commerce. Aujourd’hui le tourisme, le travail de la terre et l’extraction du sel du salar sont les activités principales.

2. Climat
Le village est à une altitude d’environ 2 400 mètres. Le climat est extrêmement sec, avec pratiquement aucune précipitation rapportée annuellement, mais relativement doux. Le maximum quotidien en été est de 25 à 30 °C (décembre à février) et de 18 à 25 °C en hiver (juin à août). Cependant les minimums nocturnes sont sous zéro un bonne partie de l’année et peuvent atteindre -10 °C.

3. Eau potable
L’eau potable contenait jusqu’à récemment un haut niveau d’arsenic provenant du ruissellement sur le salar. Des relevés ont donné jusqu’à 600 µg/litre, soit 60 fois le maximum recommandé par l’Organisation mondiale de la santé. La population indigène qui demeure dans cette région depuis des millénaires semble avoir développé une résistance à ce polluant, ne présentant que peu de cas de maladies y étant reliées. Un système de filtration ramène maintenant les taux d’arsenic et d’autres contaminants à des niveaux plus sûrs.

4. A voir
Le tourisme est maintenant une des principales activités de San Pedro. Les touristes viennent pour visiter les sites archéologiques et naturels et pratiquer la randonnée, l’escalade et le ski sur sable.
– Église de San Pedro de Atacama : un monument national fait en briques d’adobe.
– Le Museo Arqueológico : musée fondé par le prêtre belge Gustave Le Paige et qui montre l’histoire de la région et des articles ethnographiques.
– Geysers d’El Tatio : un champ de 80 geysers
– Salar de Atacama : désert de sel de 8 000 km2
– Lagon de Chaxas : habité par des flamants du Chili et des flamants de James, il fait partie d’une réserve naturelle dans le salar
– Pukará de Quitor : une fortification construite au XIIe siècle
– Sources thermales de Puritama
– Laguna Miscanti : une lagune à 4 100 m d’altitude dans l’Altiplano
– Licancabur le volcan protecteur de San Pedro de Atacama
– Valle de la Muerte (Vallée de la Mort) : vallée désertique
– Valle de la Luna (Vallée de la Lune) : une vallée désertique qui ressemble au paysage lunaire mais où on retrouve des vestiges de mines de sel

[suffusion-the-author]

[suffusion-the-author display='description']

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)